De ma ligne éditoriale

Petit article plus que rapide, qui n’est même pas passé par la case relecture officielle (à ce propos, on souhaite un joyeux anniversaire à flo, le relecteur en chef du blog, si y a des fautes en général c’est pas ma faute mais la sienne, qu’il aille faire un poulet curry en enfer)

Juste un petit mot sur le blog , je l’ai déménagé vers un nouveau nom de domaine il y a quelques temps, un peu sur un coup de tête je l’avoue et effet de bord quelque peu gênants, ceux qui avaient bookmaké le site ou autre, bin faut tout changer le nom du bouzin (surtout que l’ancien nom de domaine normalement résilié fonctionne encore aux 2/3, allez savoir)

Ensuite, je me suis rendu compte cette nuit en pleine insomnie chronique que si ma ligne éditoriale était plutôt claire sur le contenu (presque que du jeu de rôle, des articles courts et avec un style qui m’est propre, petits conseils et autre réflexion etc), elle ne l’était clairement pas sur la fréquence.

Je m’explique, lorsque j’ai l’inspiration ou que mon blog est nominé à un quelcquonque concours de c’est qui le blogueur qui a la plus grosse, je peux publier un article par jour et inversement lorsque dans ma tête c’est le calme plat, ne rien sortir du tout pendant un long moment.

Par conséquent j’ai décidé à partir de dorénavant de ne publier que le mardi. Pourquoi le mardi me direz vous? Primo un jour par semaine me permet de ne jamais être à court d’articles, deuxio le lundi ou le jeudi c’est mort, c’est là que sort du bruit derrière le paravent.

Enfin, vexé de ne pas apparaître dans la première recherche sur le mot clé « blog jeux de rôle », j’ai mis en place deux trois trucs, on verra bien, bonne journée à tous

elle est pas belle ma boite à idée?

Constantinople(1878)-public_typist

article court et plus que court

juste pour dire que comme je manque cruellement d’inspirations, j’ai mis en place un petit widget sur le coté gauche

celui ci permet de me spammer efficacement avec vos idées d’articles si vous en avez. Loin de moi l’envie de sucer tout votre génie créatif mais si vous avez la flemme d’écrire mais des idées, ou juste le souhait que je parle d’un truc sur le jeux de rôle, vous êtes les bienvenus ! ! !

EDIT : il y a maintenant une page plutôt avec les idées à mettre dans les commentaires

le widget était pratique mais trop trop de spam et la flemme  de mettre un capcha puis c’est chiant à mourir ce truc

Jeux de rôle IS NOT DEAD

Aujourd’hui article très court, article coup de gueule. J’ai pu lire dans l’article suivant (pas trop mal fait par ailleurs) la phrase suivante (et je cite)« Aujourd’hui, alors que le jeu de rôle papier est mort»

Quoi mon loisir favori est mort , et on m’a pas invité à ses obsèques?

Mireille Dumas tel un zombie a ressuscité d’entre les morts médiatiques pour prendre d’assaut le jdr déjà moribon selon certains pour l’achever?

Ou non, laissez moi deviner ce sont les méchants vilains pirates qui téléchargent des pdfs de mauvaise qualité sur l’internet et n’achètent plus de livres de base.

A moins que ça ne soient les comploteurs de tout bord , addicts aux jeux de plateau et autres jeux de société qui ont volé toute la clientèle du jdr?
Quelques soient toutes les raisons invoquées, je suis peut être d’un naturel trop optimiste mais je ne veux pas  croire en la mort du jeu de rôle.Ci-dessous, quelques signes évidents de sa bonne santé pour les sceptiques :

 

  • casus belli: le magazine éponyme du hobby est mort, est revenu pour re mourir et tel un phoenix il est toujours là, pu lire le numéro 3 de mai /juin et on peut le commander / s’abonner sur le site de l’éditeur sans problème.
  • conventions : Même dans un bled aussi paumé que Dijon, l’on a tous les ans une nuit jeux de rôle organisée par une association étudiante de la ville, bon OK ce n’est pas le CET de Las Vegas mais n’empêche ça a le mérite d’exister et je ne parle pas de tous les autres évènements liés aux loisirs (octogones, ateliers jeux etc etc) qui fleurissent un peu partout toute l’année
  • internet : je tiens un blog qui parle principalement de jeux de rôle et je ne suis pas le seul, dans mes cercles google plus j’ai plus d’une centaine de membre du cercle jeux de rôle, sur twitter me suis pas amusé à compter mais il y a aussi du  très bon contenu qu’on partage sur le jeu de rôle ou autour. Et des sites tels que le guide du rôliste intergalactique sont devenus des véritables institutions sur le réseau mondial

Bref, après un court moment de panique je me suis quelque peu rassuré. De toute façon, tant que je continuerai à écrire et que quelqu’un continuera à me lire, le jeu de rôle ne mourra pas, longue vie au jeux de rôle !

Promouvoir le jeu de rôle

Le jeu de rôle étant mon loisir préféré parmi tant d’autres, je me suis posé la question de sa publicité afin d’en faire se publicité pour qu’un plus grand nombre puisse en profiter, voici pour vous en exclusivité mes quelques pistes de réflexions :

FFJDR non satisfaisante

FFJDR pour fédération française de jeu de rôle n’a de fédération que le nom et pour bien des raisons, je pense qu’elle ne suffit pas (et de loin) à la promotion du jeu de rôle, on parle de ces quelques tares ici

 

Dans la vraie vie

lecture publique

Cela peut paraître idiot mais simplement emporter son livre de jeu de rôle favori et le lire dans les transports ou à l’école permet d’en faire la promotion. Souvent les gens sont intrigués et ça pousse au dialogue.
A ce propos je m’ excuse mais j’ai oublié la personne qui a eu l’initiative d’en parler sur le net et de lancer le mouvement parmi les rôlistes.

initiations

Il est pas forcement facile mais pas impossible d’interesser des gens ou au moins de les intriguer en parlant de jeu de rôle. Au prochain repas de famille, lorsque le petit cousin vous demande de vous expliquer ce qu’est le jeu de rôle, quoi de mieux que de lui montrer?
Il existe des jeux simples ou des manières d’au moins montrer le principe, un bon rôliste devrait toujours avoir des dés sur lui.

amis

La plupart des cercles d’amis sont vastes et variés, souvent il y a les rôlistes et puis les autres. Pourquoi ne pas un peu mélanger les genres? Essayer de voir si ça peut intéresser vos potes de s’essayer à ce loisir (sans les forcer hein, quoique^^).
De même, votre compagnon / votre compagne fera probablement un bon rôliste, qu’est ce que vous attendez pour l’initier? (avec pourquoi pas une version disons pour adultes hihi)

Sur le web

forums

Je parle ici de la multitude de forums généralistes, pas ceux uniquement dédiés à notre loisir favori (aucun interêt à mon sens, de promouvoir le jeu de rôle sur Casus No ou Opâle), ce sont des bons moyens de rentrer en contact avec d’éventuels futurs joueurs.

Je ne saurais trop vous conseiller de favoriser en priorité les forums parlant de jeux vidéos et/ou de MMORPG, les gamers étant plus facilement happés par notre monde.

blog

Si vous tenez un blog personnel, ça ne coûte rien de profiter de ce média pour promouvoir le jeu de rôle.
Cela peut se faire, soit en ayant une ligne éditoriale tournée vers le jeu de rôle (ce que je fais actuellement), soit écrire de manière plus générale mais avoir quelques billets ou dans la présentation de l’auteur, quelques infos sur le loisir histoire de faire un peu de pub.

Voilà, avec tout ça, vous devriez sans mal faire un peu de bien au jeu de rôle.
J’ai fait un rêve… Qu’un jour, le jeu de rôle serait pratiqué dans les cours de recré et le marché aussi florissant que celui du jeu vidéo voir d’avantage.

Avatar

avatar

Rien à voir avec le film éponyme de james cameron (que j’ai toujours pas vu d’ailleurs mais ça me manque pas), il s’agit du personnage que vous allez incarner dans le cadre d’une partie de jeu de rôle. Je vous livre ici une marche à suivre pour le créer, ce n’est ni la meilleure ni la seule valable mais je trouve que le résultat est somme toute pas si mal.

Le concept

Celui ci est nécessaire dans certains jeux (le monde des ténèbres notamment) mais pas dans tous, néanmoins je recommande aux joueurs débutants comme confirmés d’en trouver un pour leur personnage.

Qu’est ce qu’un concept? Il s’agit généralement d’un mot ou deux, voir de quelques phrases qui permettent à elles seules de définir le personnage dans sa globalité. Celui ci peut fournir des indications fortes sur :

  • les capacités  du personnage: un concept tel que barbare des plaines du nord n’aura pas les même talents qu’un journaliste objecteur de conscience par exemple.
  • les buts du personnage : certains concepts ont des buts en soi. c’est plus facile grâce à lui d’orienter les choix pour son personnage. On peut par exemple noter le cas du redresseur de tords, son but est simplement de faire triompher la justice.
  • les faiblesses : la gentillesse du redresseur de tords, la faible intelligence du barbare… Autant de points faibles qui peuvent rendre le personnage plus réaliste / agréable à jouer.

la personnalité

Celle ci devant bien sur être en adéquation avec le concept, il y a plusieurs moyens de la définir, certains auteurs de jeu ayant essayer d’aider les joueurs ans leur quête de création de personnage.

  • l’alignement : instauré dans le papy donjon et dragon, il suffit d’indiquer une échelle de valeur morale (combinant le respect de la loi avec loyal, neutre et cahotique, et la bonté d’âme avec bon, neutre et mauvais) pour avoir une idée de comment le personnage doit se comporter. L’inconvénient c’est que c’est trop vague, deux loyaux bons ne se comporteront pas forcement de la même manière. Et en plus de ça, c’est une contrainte très forte pour le joueur, aussi loyal et bon que l’on est, on pourrait très bien vouloir péter les plombs et tuer par exemple le bandit de grand chemin qui a assassiné nos amis.
  • la nature et l’attitude : proposé par le monde des ténèbres première version, il s’agit de choisir des mots définissant le comportement général du personnage (son attitude) ainsi que sa personnalité profonde (sa nature). Ainsi notre barbare des plaines du nord pourrait avoir comme attitude brutale (il bouscule facilement, s’emporte vite et aime le combat) et une nature protecrice (rien ne compte plus pour lui que protéger les êtres qui lui sont chers et les faibles). Selon le joueur, ça peut être vague et donner lieu à certaines incohérences (genre le joueur qui veut se comporter comme une brute et être pacifiste, moyen…)
  • vertu et vice : dans le monde des ténèbres version 2, le joueur est invité à choisir l’un des sept péchés capitaux et l’une des sept vertues célestes, qui vont lui permettre d’aiguiller sa personnalité. Ainsi un personnage pourra être prudent et envieux, colérique et chartiable, etc etc. Pour chaque situation donnée, il sera facile de savoir comment agir au mieux en fonction de ceux ci.

Bien sur, ce ne sont pas les seules manière de faire, il faut juste retenir que des mots sont utilisés pour définir la personnalité de notre personnage afin de mieux le jouer et également faciliter l’interaction avec les autres.

le passé

Techniquement votre personnage vient d’être crée mais dans le cadre de l’univers il a sûrement des années d’existence (voir des milliers d’années ou plus dans certains univers), et il a sûrement un passé (le coup de l’amnésique ça marche une fois mais pas deux).
Il vous incombe de le décrire donc au dos de la fiche de personnage ou sur une feuille à part, il va vous falloir faire attention à certains points pour à mon humble avis produire un background (historique) intéressant :

  • longueur : trop court, ça n’apporte rien, trop long et le mj va se perdre dans un flot de données immondes et la plupart de vos phrases tournées avec amour n’apporteront rien à la campagne ou au scénario.
  • flexibilité : le background doit être un minimum vague, afin que le mj puisse facilement l’incorporer dans l’histoire. En effet rien de plus frustrant qu’un joueur qui impose son passé ou son point de vu du style “ah non c’est pas possible parce que dans mon background à la page 4 je dis que…”, et l’historique de chaque personnage devrait idéalement être lu et approuvé par le mj.
  • utilité : peut être pas chaque élément mais une majorité devrait servir à apporter d’éventuels éléments d’intrigue pour le mj. Des êtres chèrs? Tant mieux, ils pourront être au choix menacés, enlevés ou tués, un puissant ennemi? Il interviendra à maintes reprises contre le joueur et ainsi de suite. Une bonne histoire ne marche que si elle contient de bon personnages et le passé en fait parti. Ainsi dans la guerre des étoiles, Han Solo se fait enlever par un chasseur de primes uniquement car dans son passé il devait de l’argent à Jabba the Hutt.

les compétences

Ou talents, ou attributs ou autre selon les jeux sont des données chiffrées qui permettent de définir ce qu’un personnage joueur peut ou ne peut pas faire. Les règles définissent comment les attribuer mais il y a néanmoins quelques bonnes pratiques :

  • éviter le mini maxage: il s’agit d’une pratique dont le principe est simple. Les systèmes de jeu sont faits de tels sortes, qu’on peut optimiser notre personnage. Quelques exemples :
    • monde des ténèbres première version : un handicap nous donne des points à attribuer, et bien on choisit 5 ou 6 phobies à la con et hop on est plus puissant sans réelle contrepartie
    • livre des cinq anneaux : une école de protecteur permet lorsqu’on est deux à la maîtriser d’être invincible.
  • tricher : pour les créations aléatoires, tels que dark heresy, warhammer et donjon et dragons, on pourrait être tentés de tricher sur le lancé de dés mais cela ne se fait pas (injustice envers les autres et perte du coté ludique de la création)
  • compétences privilégiées : on met des points dans les compétences qu’on sait qu’elles vont être plus utiles que d’autre, concrètement perception/vigilance dans vampire la mascarade. C’est encore plus facile si on connaît le type de scénarios qui va être joué.

Au contraire, répartir des points ou tirer les dés ne devraient pas enlever de votre esprit le concept et le passé de votre personnage qui devrait être crée en conséquence.
Exemple : mon personnage est un avocat retord, normal qu’il soit un expert en lois, qu’il ait de connaissances en finance et si on vit aux états unis je peux estimer qu’il sait se servir d’une arme à feu (et encore). Vu qu’il a étudié dans une bonne école privée puis dans une université huppée, il n’y a aucune raison qu’il soit fort en bagarre ou en expérience des rues.

le physique

Ce n’est pas le plus important mais quand même. Généralement lors de la première rencontre des différents protagonistes de l’histoire, ceux ci se décrivent les uns les autres, ça permet d’avoir une image dans l’esprit de chacun de ses compagnons de jeu.
Lors de la description physique, il faut garder quelques petites choses à l’esprit :

  • capacités : certains attributs tels que la beauté ou le charisme sont directement définis sur la fiche de personnage mais on doit les appliquer également lors de la description. Ainsi si quelqu’un est fort ou charismatique, on devrait s’en rendre compte dès qu’on le voit.
  • concept : certains concepts peuvent être directement liés au physique (uniformes, look vestimentaire etc).
  • jugement : comment la description physique va influer sur le jugement des autres? Dans un monde contemporain une femme qui s’habille en jupe ras la biiiiiiip et décoletté plongeant, n’aura pas les mêmes réactions que celle qui préfère les cols roulés et les jeans

la cohésion du groupe

Dans le cadre d’une partie de jeu de rôle, les joueurs ne sont pas seuls mais ils constituent un groupe. C’est pourquoi ils devraient créer leurs personnages ensemble afin d’avoir un groupe cohérent. Ils pourraient par exemple avoir une partie de leur passé en commun et se connaître ou avoir des compétences qui se complètent.

Avec ce petit article, même débutant vous devriez pouvoir créer des personnages super intéressants pour le mj et agréable à jouer pour vous

la valeur n’attends point le nombre des années

bebe-dragon-oyoyo

Plus les années passent et plus je me rapproche du moment où j’aurai la joie ultime de devenir père. Alors que d’autres vont jouer au foot avec leurs gosses, je pense bien leur transmettre ma passion du jeu de rôle, voici à nu ma reflexion pour faire jouer des adolescents voir des jeunes enfants.

certaines limites

  • l’âge : 7 ans semble un bon âge pour commencer car je pense que pour profiter au maximum de notre loisir, il faut à minima savoir lire.
  • censure : je n’aime pas ce mot, mais dans le cadre d’une initiation, sont à banir les choses tels que la violence gratuite, le sexe, l’horreur indécible etc…

on joue à quoi?

comme vu précédemment, il faut faire attention à ne pas choquer nos chères têtes blondes, c’est pourquoi certains jeux sont carrément proscrits (in nomine satanis, vampire la mascarade), qu’en est il des autres?
On pourrait choisir la facilité et choisir un des jeux de la FFJDR (fédération de jeu de rôle, ils ont fait un label découverte pour des jeux dits “d’initiation”) mais je préfère l’autre solution à savoir créer de toute pièce le jeu découverte de toute pièces, pourquoi? Les jeux commerciaux sont souvent bien trop complexes à mettre en oeuvre pour des enfants.
Le jeu qui servira l’inititation doit à mon humble avis présenter deux aspects essentiels :

  • un système le plus simple possible : la partie doit être courte, dynamique, les personnages fabriqués facilement (voir avoir été préparés à l’avance par vos soins) et il faut que les règles puissent être expliquées et donc assimilées super facilement.
  • un univers connu : quoi de mieux pour leur faire apprécier le hobby que de leur faire jouer dans un cadre déjà connu? Pokemon, naruto, peu importe si l’univers ne vous plaît pas trop (normal j’ai envie de dire, c’est pour des plus jeunes), le but est de pouvoir les faire naviguer plus facilement, le cadre de jeux étant connu à l’avance par tous les participants.

je pense que c’est à peu près tout ce qu’il faut savoir pour jouer comme il faut avec nos bambins, j’ai pour projet d’en faire avec des petits cousins, je vous raconterais.

il n’y a pas PEAR comme framework PHP

pear-59505
Dans le cadre de mon boulot, j’ai pu être confronté à un truc qu’on appelle familièrement dans notre jargon d’informaticien PEAR (librairie PHP) et avant que d’autres développeurs PHP fassent l’erreur de la choisir pour mettre en place leur architecture web, je souhaiterai faire un petit retour d’expérience : 

Sans trop en dire, il s’agissait d’un projet de taille moyenne pour un grand compte et arrivant en cours de route pour renforcer l’équipe présente, je fus surpris de constater que :

  • PEAR est un dinosaure : la grande majorité des paquets PEAR sont au mieux obsolètes ou au pire non maintenus. Comment faire confiance à un truc qui date de 2008 et que personne ne semble avoir utilisé depuis?
  • PEAR a des lacunes : exemple tout simple, l’on ne peut pas accéder à un serveur FTP placé derrière un proxy via les paquets disponibles.
  • PEAR n’est pas stable : utilisation de webservices de type REST via PEAR, et ceux ci parfois ne répondent pas, sans bien sur aucune raison logique.

Néanmoins, je souhaite d’ors et déjà modérer mes propos. L’architecture ayant été basée sur PEAR mais ayant subi de nombreuses modifications par un freelance incompétent qui a récupéré les sources d’ancien projets, celle ci ressemblait plus à un patchword de mauvaises pratiques (commit pas commentés, code pas commenté, noms de variables bizarres, peu ou pas de gestion d’erreur) qu’à une utilisation optimisée des paquets PEAR pour PHP